Forum Spirit Accès Intention


Spirit Accès Intention est un forum d'échange de connaissances, de découvertes, d'explications, de points de vue et d'expériences sur le thème de l'Intention Universelle. Un lieu de recherche dédié à la vie spirituelle et à l'identité spirituelle.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Derniers sujets
» La droiture, c'est ta vrai nature!
par Amadeus Dim 7 Déc 2014 - 10:16

» Présentation jc144
par polaire Sam 29 Nov 2014 - 14:46

» le sentiment de familiarité dans les nouvelles rencontres.
par polaire Sam 29 Nov 2014 - 14:42

» Réflexion sur une découverte du moment présent...
par polaire Sam 29 Nov 2014 - 14:29

» reponse acceuil Silvio-Manuel
par polaire Sam 29 Nov 2014 - 14:28

» coucou , c'est polaire
par silvio-manuel Mer 26 Nov 2014 - 17:43

» A la mine...
par Mohs Ven 29 Nov 2013 - 7:34

» Lettre de motivation
par hokmah Dim 24 Nov 2013 - 12:50

» La confiance en soi
par johnvibes Dim 4 Aoû 2013 - 15:09

» L'opposition
par Amadeus Jeu 13 Juin 2013 - 19:00

» L''éducation de nos enfants
par lola2 Dim 9 Juin 2013 - 11:29

» Inconditionnels du Mitxo (pour un développement spirituel durable)
par hokmah Dim 9 Juin 2013 - 1:57

» Les admins en voyage
par Damana Ven 17 Mai 2013 - 13:14

» George de la Jongle
par Ochel Sam 11 Mai 2013 - 5:58

» Le mystère de la personnalité
par Alienor Ven 15 Fév 2013 - 7:12

Le Deal du moment : -63%
Caméra de Surveillance WiFi -ieGeek –
Voir le deal
55.99 €

 

 George de la Jongle

Aller en bas 
AuteurMessage
Outkast
membre
Outkast

Messages : 78
Date d'inscription : 19/02/2012

George de la Jongle Empty
MessageSujet: George de la Jongle   George de la Jongle EmptyMer 8 Mai 2013 - 10:43

Bonjour à tous
heureux de constater le retour en force des administratrices, je viens soumettre à votre attention un texte original déposer un beau matin dans ma boite aux lettres. Je vous le poste tel qu’il m’est parvenu, en quatre interviews.

Il s’agit d’un document d’anthropologie réalisé par un illustre professeur inconnu dénommé : Blob.
Ayant entendu parler dans sa lointaine jeunesse d’une étrange tribu dont l’activité principale consistait à jeter des objets en l’air puis à les rattraper afin de les relancer à nouveau, il décida, au cours de ses études d’anthropologie, de consacrer du temps à la recherche de spécimens de cette tribu perdue quelque part dans la jongle, pour en faire le sujet de sa thèse.
Au bout de plusieurs années de pérégrinations, il tomba enfin sur une des tribus régies par la loi de la jongle. Le chef de cette tribu, Virus-man, lui révéla quelques rudiments de cet ancien savoir relatif à leur activité étrange et mystérieuse qu’ils nommaient : le jonglage.

-------------------------------------------------------------------------
Premier entretien

Blob : Pouvez-vous me parler des origines du jonglage ?
Virus-man : Il est certain que le jonglage remonte à la nuit des temps. Au début, l’acte de jongler était tout à fait primitif : il consistait uniquement à jeter vers le ciel un objet.

Blob : Le premier sens à donc été du bas vers le haut ?
Virus-man : Absolument. Mais les premiers expérimentateurs ont vite compris que l’objet, finalement, redescendait vers le bas. Le premier sens est donc à double sens et consiste en un aller-retour, du bas vers le haut puis du haut vers le bas.

Blob : Cela me rappelle un film : 2001 l’odyssée de l’espace, ou l’on voit un personnage mi-singe mi-humain lancer un os vers le ciel, os qui devient pour le cinéaste le symbole de l’évolution de l’humanité.
Virus-man : Symbolique en effet. Par ailleurs, tout dans le jonglage est d’essence symbolique. A cette époque lointaine, l’homme commençait à peine à se différencier des animaux. Ses deux victoires principales : la parole et la station debout. Le lancer d’un objet a été probablement l’acte le plus important de cette période, déterminant une première forme de suprématie sur l’univers hostile qui l’entourait. Sa première arme. On comprend donc mieux l’attitude du premier jongleur, sa volonté d’immortaliser poétiquement ce moment évolutif génial, transformant ce lancer en un geste purement désintéressé, artiste, un jet vers le ciel.

Blob : Affirmation de soi ?
Virus-man : Oui, mais pas seulement. Ce geste est aussi un don de soi, et plus encore. Une création. Le jongleur imite la mécanique céleste, les planètes, étoiles… Il recrée autour de lui un système solaire.

Blob : Quel orgueilleux !
Virus-man : Certes. Mais revenons au premier sens. La conclusion pourrait être la suivante : après avoir conquis le bas, la terre, la matière, l’homme a tout de suite pensé à communiquer avec le ciel.
Le lancer de bas en haut à été une de ces premières marques de l’homme, à la fois reconnaissant et fier de sa conquête. C’est la dimension première du jonglage : relier le ciel et la terre.

Blob : Ce premier artiste nous à donc obligé à lever les yeux.
Virus-man : A lever les yeux, exactement.

Blob : Quel à été le perfectionnement suivant ?
Virus-man : Lancer un objet, puis le rattraper, se révéla vite insuffisant. L’homme se rendit alors compte qu’il possédait deux mains. Il tenta de réaliser un second accord : après le ciel et la terre, il essaya de mettre en rapport la gauche et la droite.

Blob : Mais, dites-moi, virus, comment savez vous que le premier sens a bien été terre-ciel, et non gauche-droite ?
Virus-man : C’est absolument certain. Il suffit pour comprendre cela, de regarder un bambin de trois ans : s’il trouve une balle, sa première réaction est de la jeter vers quelque chose, ou quelqu’un, non de la faire passer d’une main à l’autre ! l’humanité se trouvait alors dans la position de cet enfant. Ce fut une occasion unique, une trouvaille formidable, cet accord gauche-droite, qui allait donner au jonglage une forme qui perdure encore actuellement.

Blob : C’est à ce moment, donc, qu’est véritablement né le jonglage ?
Virus-man : Non. L’esprit du jonglage est né avec la première dimension, haut et bas. Mais il a pris sa forme pratique avec le deuxième, gauche-droite, appelée est-ouest. On suppose, dans cette représentation, que le jongleur regarde vers le Nord. Sa gauche et sa droite se situent donc, dans cette optique, respectivement à l’Ouest et à l’Est.

Blob : J’avoue avoir du mal à comprendre pourquoi vous tenez tant à considérer le haut et le bas comme la première dimension. Il me semble à moi que le fait d’échanger des objets d’une main à l’autre est véritablement la "date de naissance" du jonglage. Tout commence ici !
Virus-man : Tu as raison et tu as tort. Ouest-Est est bien la "date de naissance", sur ce point tu es dans le vrai. Mais haut-bas est la "date de conception". Sans conception, pas de naissance ! On peut dire que haut-bas est l’impulsion, l’étincelle, tandis qu’Est-Ouest est la suite, l’intériorisation du jonglage.

Blob : L’intériorisation du jonglage !?!
Virus-man : Dans le premier sens, l’homme s’adresse à quelque chose, librement, sans construire, sans penser, sans analyser. Mais le deuxième sens concerne uniquement le jongleur, qui met en relation son côté droit et son côté gauche. Le jonglage s'intériorise et se construit dans cette seconde dimension.

Blob : Je n’y avais jamais pensé…
Virus-man : Cette seconde dimension est donc l’endroit où se déroule le dialogue intérieur.

Blob : Pourquoi le dialogue ? Quel rapport avec la parole ?
Virus-man : Chez l’homme, le cerveau commande. Il décide, dans cette circonstance, d’associer la gauche et la droite à une tache commune, de l’ordre de l’échange d’objets. Pourquoi ? A première vue, l’activité parait bien peu utile… Qu’a donc réellement décidé le cerveau ?

Blob : Ben… de jongler ?
Virus-man : De parler, blob, de parler. Mettons-nous à la place du cerveau. Il a aussi deux côté : un côté gauche qui commande la partie droite du corps, un côté droit qui commande la partie gauche. A gauche il se spécialise dans les opérations verbales et abstraites, à droite, il préfère visualiser formes et couleurs. C’est un gros raccourci, mais il est évocateur : associer les deux moitiés revient donc à donner du sens aux formes, à colorer, former le langage. Donc…

Blob : euh… le jonglage est un langage ?
Virsu-man : Juste. Le jonglage est une ruse inventée par le cerveau pour imager le langage. Le jonglage du corps est "sécrété" en quelque sorte par le jonglage de l’esprit qui se manifeste par la parole.

Blob : Un outils de communication, donc ?
Virus-man : Un support, un canal. Une médiation permettant d’établir la communication, de mettre en rapport le haut et le bas, la gauche et la droite, soi et l’autre dans la troisième dimension.

Blob : Mais pourquoi une troisième dimension ? Il me semble qu’avec les deux premières, le jonglage a pris sa forme définitive !
Virus-man : Erreur blob, erreur ! La seconde dimension fournit l’outil : l’impulsion de lancer se complexifie et, par autocontemplation, se transforme en une tentative de contrôle de l’agitation intérieure. Centré sur lui-même, attentif, le jongleur dans son dialogue intérieur cherche le meilleur moyen pour se jouer de la pesanteur des choses. Indispensable attitude, mais cependant, insuffisante.

Blob : Pourquoi ?
Virus-man : Indispensable, car cette dimension fournit l’espace où le jongleur peut tenter de maitriser, de réguler, de visualiser son agitation intérieure. Insuffisante pour la même raison qui fait que les indiens d’amérique, avant de fumer leur vénérable calumet saluent les six directions de l’univers. Autrement dit, l’autocontemplation, le dialogue intérieur propre à la seconde dimension à son prolongement : le dialogue avec l’autre, suite logique.

Blob : Décidément, je ne comprend pas. La parole est le véritable enjeu du jonglage ?
Virus-man : je ne te demande pas de me croire. Réfléchis-y profondément, tu décideras plus tard de ce qu’il te faut croire ou pas !!!

Blob : Maintenant, c’est Nord-sud ?
Virus-man : Oui, le troisième sens.

Blob : Est-ce un sens plus important ?
Virus-man : Non. Tous sont importants. En fait, ils sont indissociables. Je les ai séparés pour la logique de l’explication. Suppose, dans cette logique, que seules les deux premières dimensions existent. Le jonglage est pour ainsi dire, plat. Vu de profil, on s’en aperçoit bien ! En ajoutant la troisième dimension, le troisième sens, Nord-Sud, c’est comme si on passait d’un dessin à la scène représentée par le dessin. Le jonglage prend ici sa forme réelle.

Blob : Qu’entendez-vous par forme réelle ? Dans la deuxième dimension vous parliez déjà de forme pratique.
Virus-man : Fais un effort, blob. La première dimension contient la deuxième et la troisième. Lors du geste vers le haut, l’homme à déjà un gauche et une droite, il ne peut ignorer la dimension Nord-Sud, il a une épaisseur ! Si on enlève les autres dimensions de la première, artificiellement, il ne reste plus qu’une ligne allant de bas en haut ! Si on ne garde que la deuxième et la première, on voit, comme je viens de le dire, un jongleur plat jouant avec des assiettes plates !

Blob : effectivement… mais puisque les trois dimensions sont toujours réunies, a quoi bon les séparer ?
Virus-man : Pour comprendre, Blob ! Comment faire autrement ? Le premier sens est mis en valeur par le lancer terre-ciel. Le second par le dialogue gauche-droite. Le troisième sens suppose un élément essentiel, vital : L’autre.

Blob : l’autre… l’autre jongleur ?
Virus-man : Qui d’autre ?

Blob : le troisième sens c’est donc la passe ?
Virus-man : La passe et le renvoi. Nord-sud. C’est ici que le jonglage remplit véritablement son rôle de support, ou suppléant de la parole.

Blob : Oui… L’échange. Mais, dans ce cas pourquoi cette dimension n’est pas la première ? le premier lancer s’est probablement effectué vers une cible animale, ou vers un autre, que vers le Ciel ? Que trouvez-vous à répondre à cela ?
Virus-man : Ton argument est raisonnable et convaincant. Mais il oublie l’essentiel : l’homme n’est qu’un homme que parce qu’il se tient debout. Le redressement de sa colonne vertébrale est une caractéristique fondamentale. De la même manière analogique, le jonglage n’est le jonglage que parce que le lancer primitif, comme tu dis, s’est redressé. Auparavant, il ne méritait pas le nom de jonglage, tout comme l’homme ne méritait pas le nom d’homme tant qu’il se cantonnait à l’horizontale !

Blob : Drôle de logique… C’est la naissance de l’art que vous décrivez ?
Virus-man : Tu peux le voir comme cela, si ça te chante ! ce n’est pas faux.

Blob : Il reste une chose que je ne comprends pas. Comment se fait-il que cette troisième dimension se nomme Nord-sud, alors que le jongleur, face à l’autre, envoie ses objets seulement devant lui, négligeant donc la direction qui se trouve derrière ! Si devant il joue avec le Nord, que devient le Sud ?
Virus-man : Ta question met le doigt sur le concept le plus important découvert dans ces premiers temps reculés du jonglage : le point J.

Blob : J comme… Jonglage ?
Virus-man : Oui. En multipliant les passes, en contemplant ces passes, les premiers jongleurs se sont rendus compte que quelque chose d’autre jonglait avec eux.

Blob : Hein !?!
Virus-man : Ce n’est pas difficile à comprendre. Quand le jongleur joue seul, ce point J est comme un axe autour duquel gravitent les objets. Selon la hauteur et les figures effectuées, ce point J se déplace. C’est un peu le soleil central d’un système d’objets. Mais sais-tu comment on calcule ce point J ; c’est là l’aspect le plus étonnant.

Blob : personnellement, les mathématiques…
Virus-man : C’est la ligne du regard croisant le cercle d’objets qui détermine le point J. Mais attention ! Pas seulement le regard du jongleur ! tout les regards participant au jonglage déterminent le point J, sorte de moyenne des feux braqués sur les objets. Le point J est l’endroit ou la perception se fixe. Les anciens jongleurs avaient coutume de dire : c’est la brillance des yeux qui fixe le point J.

Blob : C’est renversant…
Virus-man : Les conclusions théoriques te surprennent ? Attends de voir les applications pratiques ! tu comprendras alors l’incroyable importance de ce point J. Car ce point est manipulable. Le point J, pour un jongleur seul, est soumis à la dictature du centre d’équilibre. Il en est dépendant.

Blob : Je ne comprend pas.
Virus-man : Le jongleur seul jongle au dessus de lui, ou tout au moins dans l’alignement de son centre d’équilibre.

Blob : D’accord.
Virus-man : Mais dans la dimension Nord-Sud, celle des passes, le point J sorte de centre de gravité du jonglage, non du jongleur, se situe entre les jongleurs. Pour répondre à ta question c’est à partir de ce centre qu’on raisonne pour dire qu’un jongleur est au Sud et l’autre au Nord. C’est à partir de ce point J que l’on perçoit les six directions.

Blob : Mais ce point n’existe pas, c’est une abstraction !
Virus-man : Ce point n’est, pour toi, pas visible mais il existe. Le plus extraordinaire est que ce point J, soleil central, est dans la dimension des passes, dépendant d’un centre d’équilibre abstrait, qui appartient à l’entité qui jongle avec les jongleurs, les englobant ! On appel cette entité amicalement le gros jongleur. Dans cette perspective, le jongleur A et le jongleur B deviennent la gauche et la droite du gros jongleur.

Blob : C’est grotesque !
Virus-man : Crois-tu ? Et pourtant…

Blob : Mais à quoi sert cette abstraction ?
Virus-man : Abstraction très pratique ! Je vais te citer trois exemples d’utilisation du point J, et tu pourras tirer la conclusion qui s’impose.
Un : l’un de premiers travaux de l’apprenti jongleur, dans notre tribu, est l’utilisation du regard en vue de fixer le point J a des endroits non utilisés d’ordinaire.
Deux : le travail en commun est le véritable travail du jongleur, au moins dans les trois premières dimensions réunies. Il n’y a que de cette manière que l’on puisse comprendre ce qu’est réellement cette énigme du gros jongleur.
Trois : un maitre-jongleur doit être capable, seul, uniquement par l’utilisation du point J, c'est-à-dire de son regard, de dénouer le lien en principe indénouable qui relie le point J au centre d’équilibre nombrilique. Ainsi le maitre jongleur remplit véritablement son rôle : montrer que l’on peut transcender, se moquer de la pesanteur ! … Conclusion, Blob ?

Blob : Mais si je comprend bien, cela veut dire que le point J, ou se fixe l’attention, peut-être par exemple à cent mètres du jongleur ?
Virus-man : Exactement, cent mètres, plusieurs milliers de kilomètres, ou ce que tu veux. Le point J est fixé par l’attention, et c’est la maitrise de cette attention qui détermine l’endroit réel ou se situe le jonglage. Mais tu n’as pas tiré la véritable conclusion.

Blob : Quelle est t-elle ?
Virus-man : Pour un maitre jongleur, l’objet n’est qu’un capteur d’attention. Un prétexte. Seul le point J compte. Le véritable travail du jongleur est la maitrise de l’attention. Le jonglage est une ruse. Ainsi, les premiers jongleurs ont découvert, logiquement, la quatrième dimension : Le non-jonglage.

Blob : Le non-jonglage ? J’ai la tête qui tourne…
Virus-man : Il y a de quoi. Le non-jonglage est le jonglage qui commence quand le jonglage s’arrête.
Ce sera le sujet de notre prochain entretien.

-----------------------------------------------------------------------------

A suivre...


Revenir en haut Aller en bas
Ochel
Admin
Ochel

Féminin Messages : 240
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 41

George de la Jongle Empty
MessageSujet: Re: George de la Jongle   George de la Jongle EmptyMer 8 Mai 2013 - 19:41

Bonsoir, Outkast,
Ta boîte aux lettres a été le réceptacle d'un texte bien étrange...
Par certains aspects, il me fait penser à Carlos Castaneda et à son ami Don Juan... L'endroit où la perception se fixe, la brillance du regard... L'humour qui se dégage de cet échange est plaisant...
Mais dis-moi, en quelques mots, qu'est-ce qui te parle dans ce texte pour te donner envie de le poster ici ? Quelle en est, pour toi, la substantifique moëlle ?
T'es-tu mis au jonglage depuis que tu l'as lu ?

_________________
Ochel
Revenir en haut Aller en bas
Emmanuelle
membre
Emmanuelle

Messages : 57
Date d'inscription : 04/09/2011

George de la Jongle Empty
MessageSujet: Re: George de la Jongle   George de la Jongle EmptyMer 8 Mai 2013 - 21:26

Professeur Outkast !?!

Garez-vous sur le côté vous êtes en conduite en état de jonglage !!?!!
Ha! Ha! Ha!!!
Revenir en haut Aller en bas
Outkast
membre
Outkast

Messages : 78
Date d'inscription : 19/02/2012

George de la Jongle Empty
MessageSujet: Re: George de la Jongle   George de la Jongle EmptyMer 8 Mai 2013 - 21:38

Tout à fait, à travers cette allégorie du jonglage j'ai retrouvé une explication plutôt concentré, astucieuse et ludique des thèmes présents dans les ouvrages de Castaneda.
Je ne pratique pas le jonglage à proprement parler, mais si tu as bien compris c'est parfaitement transposable à toute activité de notre quotidien. Jongler, cuisiner, tirer à l'arc, marcher, dialoguer sur un forum, jouer aux cartes, planter des clous... tout ça peut être "art de la jongle" ou simplement... planter des clous.

Je retrouve pour ma part une manière d'agir et d'aborder les choses qui m'est familière. J'ai pensé que le style et le contenu était susceptible de vous intéresser sur spirit-accès-intention. Je vais taper la seconde partie, vous me direz si cela vaut le coup que je continue.









Revenir en haut Aller en bas
silvio-manuel
membre
silvio-manuel

Masculin Messages : 274
Date d'inscription : 05/08/2011
Age : 41
Localisation : Dans le coin

George de la Jongle Empty
MessageSujet: Re: George de la Jongle   George de la Jongle EmptyMer 8 Mai 2013 - 22:07

Salut Outkast

Je t'avoue ne pas être un adepte du jonglage et je trouve cette allégorie quelque peu alambiquée.

En revanche, je vois que cette formulation te touche sincèrement, pourrais-tu dire avec tes propres mots ce que "jongler" apporte à ton quotidien.

Voudrais-tu dire que jongler, c'est être en conscience fixe dans chacune de nos actions ?!
Ne trouves-tu pas qu'il y a une manière plus simple d'en parler ?


Revenir en haut Aller en bas
Outkast
membre
Outkast

Messages : 78
Date d'inscription : 19/02/2012

George de la Jongle Empty
MessageSujet: Re: George de la Jongle   George de la Jongle EmptyMer 8 Mai 2013 - 23:11

Deuxième entretien

Blob : Dîtes-moi, Virus, ce qu’est le non-jonglage.
Virus : A vrai dire, il est presque impossible de parler de non-jonglage. On ne peut décrire un trou qu’en montrant la matière qui l’entoure !

Blob : Un trou ?
Virus : Oui, un trou du temps, un silence dans une conversation, une pause dans un mouvement. Je ne sais plus quel écrivain de ton monde disait qu’on reconnaissait une belle musique en écoutant la qualité de son silence. Le non-jonglage, c’est cela. Un maître jongleur qui parvient au silence est capable de tout.

Blob : Est-ce une pratique immobile ? Une sorte de zen ? De méditation ?
Virus : Non, mais cela peut parfois y ressembler. Dans un premier temps, c’est une pratique qui demande beaucoup d’énergie.

Blob : est-ce difficile ?
Virus : Non. C’est très simple. Cependant, nombreux sont les jongleurs qui échouent. Tu comprends, Blob, les jongleurs sont au départ, motivé par le résultat : L’apprentissage d’une figure nouvelle, le perfectionnement d’une technique, l’ajout d’un objet volant entre les mains les ravit, les enchante et leur donne l’impression de progresser. Avec le non-jonglage, on agit sans rien attendre. Il n’y a pas de progrès. L’enjeu est ailleurs. Et c’est pour cette raison que le non-jonglage exige tant d’énergie. L’homme à toujours eu beaucoup de difficulté à intégrer dans son comportement quotidien l’action sans résultats visibles. Et pourtant…

Blob : faut-il être jongleur pour être un non-jongleur ?
Virus : Absolument. C’est obligatoire. Un non-jongleur est avant tout un parfait jongleur. Sa maîtrise doit être impeccable, mais il peut être cependant débutant. Il suffit qu’un seul de ses gestes soit maitrisé. On a coutume de dire dans notre tribu, qu’il existe trois étapes pour devenir un maitre jongleur. On est abord un jongleur : les balles sont des balles. Puis un non-jongleur : les balles ne sont plus des balles. Enfin maitre jongleur : les balles redeviennent des balles. Rares sont ceux qui parviennent à un tel accomplissement.

Blob : Mais, véritablement, à quoi sert le non-jonglage ?
Virus : Le non-jonglage est un voyage de retour. En jonglant, l’homme monte dans l’autobus qui le ramène au rêve. En non-jonglant, l’autobus démarre vraiment. Comprends-moi bien : un jour, un homme décide de jongler. Pourquoi ? Quelle intuition ou quelle nostalgie vient de le toucher ? Il l’ignore. Mais sa décision est prise : il va mettre les choses en mouvement, lutter contre la pesanteur. C’est une première victoire, peut-être la plus formidable, mais c’est également une première impasse. Un autre pas doit être franchi : partant des choses, il doit retrouver le geste. Le jongleur s’aperçoit alors qu’il est comme un danseur timide. Il décide donc de mêler à la technique des choses, la poésie du geste. Progrès notable, seconde impasse.

Blob : Pourquoi est-ce une impasse ?
Virus : Compare le jonglage au langage : les choses sont comme les mots, le geste est comme le ton, l’intonation. Un jongleur qui ne s'intéresse pas au geste parle d’une voix monotone. C’est un technicien. S’il travaille le geste, il devient un artiste : il est capable de chanter. Mais c’est une impasse : Il n’a pas encore appris à se taire. Partant du geste, il doit franchir la douane qui sépare le concret de l’abstrait : il doit retrouver le mouvement.

Blob : Je ne saisis pas bien la différence entre geste et mouvement !
Virus : Le mouvement est la motivation abstraite du geste. Avant les choses, il y a le geste. Avant le geste, il y a le mouvement. Le geste est un acte du corps, le mouvement relève d’un champ abstrait. Pourtant, tout est mouvement : mais cela n’est pas perceptible au regard fixé sur le monde habituel, qui ne voit que les choses.

Blob : Je crois que je comprend votre théorie.
Virus : C’est un fait, non une théorie. Le mouvement est l’expression d’une force de vie et de mort. C’est un vent, c’est un pouvoir, un processus ininterrompu qui transporte magnifiquement. Le non-jongleur qui, après des années d’efforts, parvient à comprendre ce qu’est réellement le mouvement, est obligé de constater que le jongleur s’agite pour mourir. Troisième impasse.

Blob : Comment cela ?
Virus : l’agitation intérieure mène à la mort. C’est plutôt facile à comprendre : prends l’image d’une bougie. Elle consume ses potentiels, inévitablement. Plus elle brille vite et fort, plus vite elle s’éteint.

Blob : Je comprends, mais je trouve ce raisonnement tout à fait vicieux : a ce compte-là, tout fonctionne ainsi ! Que faut-il faire ? plus rien ?
Virus : Faire encore !? t’as pas une autre question sous le chapeau ?

Blob : Bon… pourquoi mon regard reste fixé sur les choses ?
Virus : L’attention reste fixée sur les choses parce que c’est son habitude. La première utilité du non-jonglage est donc d’obliger l’attention à briser cette fixation. Puisqu’on peut difficilement, dans un premier temps, se passer de routines, il faut installer une routine dont le but est d’échapper à la routine qui fixe la perception des choses.

Blob : ça tourne en rond cette histoire !
Virus : Je ne te le fais pas dire. La première non-jonglerie consiste donc à jongler sans balles. Un jongleur dispose, selon sa pratique, d’une panoplie de geste, de figures, allant des plus simples aux plus compliqués : sous la jambe, dans le dos, sur la tête, cascades, soleil, équilibres, trois, quatre, cinq, six objets volant en l’air, décrivant des trajectoires variées selon la manipulation. Il convient, pour le jongleur décidé à non-jongler, de recréer sa panoplie en "Rêvant" en quelque sortes les balles ou objets. Toutes ses figures jonglées et maîtrisées, il doit les non-jongler.

Blob : Si je comprend bien, le non-jongleur s’agite inutilement en envoyant en l’air des objets imaginaires ?!? c’est tout simplement ridicule ! HA !HA ! HA !
Virus : Non-jongler est tout aussi ridicule que jongler. Et c’est cela qui rend la chose formidable. Cette technique de base du non-jonglage présente plusieurs avantages. Pratiquée avec assiduité elle détache la perception des choses pour la porter sur le geste ; par là, elle libère le corps et rend à la longue le jonglage plus harmonieux. Mieux encore : elle transforme la vision du monde. Et cet avantage-ci dépasse largement le cadre du jonglage.

Blob : C'est-à-dire ?
Virus : La pratique du non-jonglage permet à la longue d’obtenir un point de vue sur l’essence des choses. Mais nous reparlerons de cette donnée essentielle. La seconde non-jonglerie vise le même objectif : Il s’agit cette fois de détache le regards des objets. C’est le premier pas dans la manipulation du point J.

Blob : Comment fait-on concrètement ?
Virus : Dans un premier temps, tout en jonglant, le non-jongleur fixe son attention sur un point, droit devant lui, le plus longtemps possible. Il se produit alors une sorte de dédoublement. Le corps jongle, mais l’attention se porte ailleurs, sur une plante, une tache, un mur, un livre… Puis, cette technique étant maîtrisée, il cherche à faire en sorte que son regard ne s’accroche nulle part, ne se concentre jamais. Le non-jongleur comprend alors que, si l’on peut dire, son corps n’a pas besoin de lui pour jongler ! pour le dire autrement, l’homme se rend compte que sa nature est double. Une part reste fixée sur les choses, mais l’autre peut voyager, ou faire ce que bon lui semble. Le problème de l’homme, en général, est de penser qu’il est tout entier dans la première part du monde, alors que cette part n’est que la partie émergée de l’iceberg.

Blob : Je crois que je comprends…
Virus : Je l’espère, blob, car cette notion est la clé du non-jonglage. L’autre part du monde s’ouvre à nous quand nous parvenons au silence. La troisième non-jonglerie vise particulièrement l’objectif du silence. Elle se pratique à deux.

Blob : Du passing ?
Virus : Oui et non. Tu comprends, blob, pour apprendre le silence, il faut se taire ! Prends l’exemple du passing habituel des jongleurs, de la routine des jongleurs qui s’échangent des objets : ils parlent tous en même temps. Ils chantent de concert. Aucun des pratiquants n’est silencieux, tous sont pleins de mots, et leur jeu consiste à s’échanger les mots. La plupart du temps ce sont des automates, parfois de véritable artiste-automates.

Blob : Et alors ? c’est le but du jeu non ?
Virus : Bien sur.Je n’ai rien contre les automates ! le hic, c’est que le jonglage n’a qu’une valeur limitée si l’on s’en tient à l’automatisme. Après tout, les jongleurs aussi sont mortel, non ? Ils ont le mérite d’avoir l’intuition de quelque chose, mais ensuite ? Rester fixé sur cette intuition sans aller chercher plus loin revient à passer à côté du mystère sans le voir.

Blob : je vous trouve féroce.
Virus : si tu penses qu’être féroce c’est constater que l’homme dispose d’une formidable tendance à s’extasier sur sa propre réalité limitée au lieu de s’engager sans faiblir dans un voyage incroyable où la mort et l’inconnu sont ses seuls spectateur, alors oui, je te le concède, je suis féroce.

Blob : Mais pourquoi parlons nous de cela ?
Virus : Nous parlons de cela afin qu’il soit bien clair dans ton esprit qu’il est nécessaire de briser les automatismes pour espérer commencer ce voyage. C’est le paradoxe du jonglage et du non-jonglage : il faut que ces automatismes soient parfaits pour mieux pouvoir les oublier. Et pour briser la routines du passing des jongleurs, il faut pour commencer qu’un jongleur non-jongle tandis que l’autre jongle. Celui qui jongle passe les objets à celui qui non-jongle, et ainsi de suite, comme deux enfants sur une balançoire. L’un est vide, l’autre est plein, l’un parle, l’autre se tait. Puis l’énergie change de camp. L’un jongle, l’autre non-jongle. Comme tu le vois, cet exercice est très simple.

Blob : en effet ; si je comprends bien, un jongleur a, par exemple, trois balles, pendant que l’autre n’a rien, puis il passe les balles, et les rôles s’inversent.
Virus : exactement. Cela suffit, au moins pour commencer le non-passing.

Blob : C’est curieux virus, mais cet exercice ressemble beaucoup à du jonglage !
Virus : En apparence oui : mais en fait tout dépend de l’état intérieur du non-jongleur. Tant qu’il se parle à lui-même, il n’est pas non-jongleur. S’il parvient au silence, tout devient non-jonglage !

Blob : alors à quoi servent ces exercices ?
Virus : Ces trois premières techniques visent trois objectifs extrêmement simples : Jongler sans objets fait comprendre au corps que le jonglage cache quelque chose ; détacher les yeux oblige le jongleur à sortir de sa bulle d’autocontemplation, et le passing plein-vide apprend l’écoute et le silence. Ces trois routines visent, peu à peu, à briser les routines de perception. Une fois que le non-jongleur à intégré ces bases, il est capable de mixer ces trois techniques.

Blob : c'est-à-dire ?
Virus : Deux non-jongleurs peuvent exercer au passing plein-vide, sans objets et sans concentrer leurs regards. Ils passent alors à la technique des choses à la pratique du geste. Du dehors vers le dedans. Un pas est franchi vers le silence. Et tout devient possible quand le silence s’installe.

Blob : Franchement j’ai beaucoup de mal à m’imaginer que ce que vous dites soit vrai.
Virus : exerce-toi. Non-jongle, etc… et tu comprendras de l’intérieur ce dont je parle. La prochaine fois nous continuerons notre progression. Après être passer des choses au geste, nous passerons du geste au mouvement. Il nous faudra pour cela examiner le mystère du gros jongleur.

Revenir en haut Aller en bas
Outkast
membre
Outkast

Messages : 78
Date d'inscription : 19/02/2012

George de la Jongle Empty
MessageSujet: Re: George de la Jongle   George de la Jongle EmptyMer 8 Mai 2013 - 23:31

Salut Silvio.
Pour tout te dire, je ne m'attache pas à cette explication qui dormait quelques part dans un vieux classeur. Si mon esprit se joue encore le jeu des explications avec lui-même, celle-ci peut convenir à certains endroits. Pour un tiers, j'opterais pour un vocabulaire plus courant, simple... plus passe-partout. Encore faut-il que j'ai à m'exprimer sur ces choses et dire n'est pas forcément le meilleur média.
La deuxième partie me semble moins floue que la première, non ? Là encore, avec un peu d'imagination il est possible d'adapter cela à ses propres activités, si l'on en a bien sur. Je suis passé par ce genres d'exercices, il est vrai qu'aujourd'hui je suis rendu à des choses plus triviales.
La conscience fixe convient tout à fait.

Il se trouve que ce texte me fait penser à vous et au Mitxo. Et inversement. Sans doute à cause de la forme. D'où l'idée de vous le partager.

Emmanuelle, comme ça tu fais la circulation !
Voici mes papiers madame l'agent:
George de la Jongle Ojo10

A suivre ou pas ?




Revenir en haut Aller en bas
Haroun
membre
Haroun

Masculin Messages : 244
Date d'inscription : 22/07/2011
Age : 42
Localisation : lovely planet

George de la Jongle Empty
MessageSujet: Re: George de la Jongle   George de la Jongle EmptyJeu 9 Mai 2013 - 5:19

Salut Outkast,

Pas mal ton explication de georgio de la joungle.
J'avoue je préfère la version accessible d'Oukast, lorsque tu te livres simplement sur ce que tu es et sur ta manière si particulière de vivre les choses.

Ton texte parle de la dimension substantielle, depuis sa réception, son action et sa formulation, un concept de la trinité au travers du jonglage. Inédit.
Personnellement, je trouve qu'il est plus franc et plus direct de dire que la trinité est l'équation indispensable à notre prise de conscience substantielle.

"Cette originalité personnelle a besoin de se révéler au travers de quelqu'un. Elle a décidé de le faire par l'explication formulée, la deuxième expression de la trinité est engendrée.
La troisième expression de cette réalité est l'action inévitable qui en résulte.
Cette trinité originelle est inévitable. Ces trois aspects doivent se combiner pour que la réalité soit existentielle." Mitxo

D'autant plus que je connais les protagonistes de ton histoire:

Lors de mon dernier voyage, je me levée aux premières lueurs du jour pour aller admirer....un jongleur.
Mes voisins de nuitées qui étaient arrivés quelques mois avant, m'avaient dit que cela faisait au moins cinq mois que ce jongleur était là, tous les jours, sans exception.
Chaque matin, le jongleur prenait trois balles, chaque matin il les envoyait en l'air et chaque matin les balles retombaient par terre au bout d'une seconde.
Parfois, il prenait cinq balles et le même scénario se reproduisait.
Chaque tentative était un échec, les balles retombaient inexorablement comme happées par l'apesanteur...pourtant il n'avait pas les boules!
J'avoue au début j'ai ris ouvertement, et puis les jours passants, j'ai vu une réelle détermination dans ce personnage, une persévérance, une consécration totale au non- jonglage, il n'y arriverait probablement jamais mais la qualité qu'il y mettait durant ces heures matinales était une leçon de volonté.

Et toi Outkast, c'est quoi la spécialité de ta volonté ? Tu parles de conscience fixe, dis m'en un peu plus.

Et pour le troisième volet, perso avec deux ça va, surveille quand même la postière, je la soupçonne de prendre des stupéfiants!


Dernière édition par Haroun le Jeu 9 Mai 2013 - 10:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Outkast
membre
Outkast

Messages : 78
Date d'inscription : 19/02/2012

George de la Jongle Empty
MessageSujet: Re: George de la Jongle   George de la Jongle EmptyJeu 9 Mai 2013 - 9:40

Trinité et conscience substantielle sont des termes plus direct pour les oreilles d'Haroun. Pas une évidence pour tout le monde, quelques développement s'imposerait. Et après plus longues explications, comprendraient-ils encore véritablement sans avoir "senti" ? Saisir intellectuellement les choses ne permet pas toujours de les rendre efficientes dans son quotidien.

Drôle que tu es croisé un des membres de cette tribu de jongleur. Cela ne m'est jamais arrivé. Ce texte est anonyme à ma connaissance, c'est ce que m'a dit la personne qui me la transmis à l'époque. D'ailleurs je prend note pour la troisième partie.

Le premier domaine pratique où je me suis livré moi aussi à cette recherche permanente d'accord avec le "mouvement" est sans conteste le kung fu. C'est là où j'ai mené mes expériences et touché a quelques états qui laisse des traces dans sa conscience.
Maintenant c'est plutôt le kung fu de la préparation du ptit dej, le kung fu de la douche et des transports en commun, le kung fu de la journée au travail... tu vois le tableau ? Trivial mais pas si facile de s'extraire de la pesanteur des choses là non plus.

Pareil, de mes gaucheries j'ai plus les boules. Je démêle, sans m'énerver.

PS: Dernière drôlerie pour toi Haroun, il est question plus loin dans le texte de la jongle de l'image que tu as mis en avatar. Il y est fait une interprétation de ce type de représentation dans l'art amérindien (Hopi si je ne m'abuses).
Revenir en haut Aller en bas
Amadeus
membre
Amadeus

Masculin Messages : 133
Date d'inscription : 29/08/2011

George de la Jongle Empty
MessageSujet: Re: George de la Jongle   George de la Jongle EmptyJeu 9 Mai 2013 - 11:03

C'est aussi comme ça que je vois les choses:
Chaque jour est une occasion nouvelle d'approfondir sa réalité existentielle, depuis le petit déj, jusqu'au moment fatidique ou la loi de l'apesanteur fait irrésistiblement s'écraser ma joue fatiguée sur l'oreiller.

C'est dans ce quotidien qui se répète que je découvre qui je suis et que ma densité substantielle progresse et s'affirme.

C'est dans ce quotidien que se joue ma recherche d'accord permanent avec l'Intention.
Car s'il y a un motif légitime qui doit stimuler ma volonté et attirer mon attention, c'est bien celui-ci.

Il n'y a qu'en gardant le cap subtil de cet accord intime que je peux démêler mes gaucheries en restant tranquille, et vigilant.



La conscience fixe est le démêlant naturel le plus efficace que je connaisse, en plus c'est gratuit et accessible en abondance.

Revenir en haut Aller en bas
Emmanuelle
membre
Emmanuelle

Messages : 57
Date d'inscription : 04/09/2011

George de la Jongle Empty
MessageSujet: Re: George de la Jongle   George de la Jongle EmptyJeu 9 Mai 2013 - 21:39

Outkast,

Oh, si tu savais, les agents font très bien leur travail..

Mais je ne suis pas l'un d'eux.

Je suis tout comme toi une conductrice tout terrain.

Cherchant à mieux connaître le vent pour expérimenter les figures les plus improbables avec mon cerf-volant.
Une autre allégorie... Chacun pourrait en trouver une qui lui correspond...

L'enjeu final est le même.

Il est dans une réalité quotidienne et dans un inconnu indicible donc entre les deux mieux vaut rester dans une formulation efficace et percutante.

La simplicité est de mise sinon on se perd.

Il est plus facile de se reconnaître et de s'inspirer d'un texte qui fait appel à quelque chose de concret et non pas dans la représentation.

Bien que je comprenne ce qui t'intéresses dans ces textes, je trouve tout comme Haroun, que tu le partages mieux avec tes mots.

"Tes papiers sont très inspirants !"
Revenir en haut Aller en bas
silvio-manuel
membre
silvio-manuel

Masculin Messages : 274
Date d'inscription : 05/08/2011
Age : 41
Localisation : Dans le coin

George de la Jongle Empty
MessageSujet: Re: George de la Jongle   George de la Jongle EmptyJeu 9 Mai 2013 - 21:55

salut outkast,

Citation :
Citation :
Encore faut-il que j'ai à m'exprimer sur ces choses et dire n'est pas forcément le meilleur
média.

Bien d'accord avec ça !

Citation :
La deuxième partie me semble moins floue que la première, non ?

Oui, cela me rappelle un peu Don Juan qui parlait du faire et du non faire ...

Citation :

Maintenant c'est plutôt le kung fu de la préparation du ptit dej, le kung fu de la douche et des transports en commun, le kung fu de la journée au travail... tu vois le tableau ? Trivial mais pas si facile de s'extraire de la pesanteur des choses là non plus.

Ton kung fu dès le petit dej me parle bien.

Mais dis-moi, avec l'attention que tu portes tout au long de ta kung folle journée tu dois réussir à t'extraire de cette pesanteur n'est-ce pas ?
Pourrais-tu m'en parler un peu plus ?

Car vois-tu j'ai l'intime conviction que c'est dans ce non-faire (non-jonglage) que se fait le dépot d'une connaissance silencieuse.
Qu'en penses-tu ?







Revenir en haut Aller en bas
Outkast
membre
Outkast

Messages : 78
Date d'inscription : 19/02/2012

George de la Jongle Empty
MessageSujet: Re: George de la Jongle   George de la Jongle EmptyVen 10 Mai 2013 - 22:43

silvio-manuel a écrit:

Mais dis-moi, avec l'attention que tu portes tout au long de ta kung folle journée tu dois réussir à t'extraire de cette pesanteur n'est-ce pas ?
Pourrais-tu m'en parler un peu plus ?

Oui, ça arrive. Plus question de Kung-fu alors. T'en parler plus... !!

Les images révèlent leurs vides et les corps leurs rayonnements. L’air prend une autre densité et vibre sous l’effet des pensées profondes, cachés. le temps même est une matière, élastique. L’esprit s’est vidé de moi-même et accueil en lui le monde comme un bouquet de sensation simultanée. Plus de kung-fu disais-je, sinon en interne. Véritable spontanéité. Le regard ne s’arrête sur rien, il n’y a plus qu’un abandon chaud dans les mains d’un mouvement abstrait. Dans le ventre de "rever". Dans le creux du Témoin.

Bref, c’est une affaire à vivre plus qu’a lire à mon avis, c’est bien parce que c’est toi. Le kung-fu du logis, je vois que ça vous parle. c’est un chemin gentil et de longue haleine mais une endurance quotidienne. L’intensité nécessaire peut être au rendez-vous.

Il y a aussi des chemins plus musclé. Parfois la vie, dans sa grande bonté, nous les offres. Pour les durs de la feuilles que nous sommes, faut se dire que c'est un coup de pouce.





Revenir en haut Aller en bas
Ochel
Admin
Ochel

Féminin Messages : 240
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 41

George de la Jongle Empty
MessageSujet: Re: George de la Jongle   George de la Jongle EmptySam 11 Mai 2013 - 5:58

J'aime bien quand tu dis ce que tu vis avec tes mots, Outkast.
C'est plus simple, ya moins à jongler du cerveau !

Le kung fu du quotidien, ça aussi ça me parle. En fait, c'est la seule voie que je connaisse, et la seule que je voie à l'oeuvre autour de moi... Alors, peux-tu me parler de la voie plus musclée que tu évoques ? Des camps d'entraînement substantiels en Afghanistan ?!!

_________________
Ochel
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




George de la Jongle Empty
MessageSujet: Re: George de la Jongle   George de la Jongle Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
George de la Jongle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Spirit Accès Intention :: Vie intérieure :: Pratiques spirituelles-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser